/

Devoirs et troubles d’apprentissage

Share on Facebook139Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Email this to someone

Soyons honnêtes : quand notre enfant a de la difficulté dans ses apprentissages, l’heure des devoirs n’est pas une sinécure! Voici donc un petit guide de survie à l’usage des parents d’enfants ayant un trouble d’apprentissage.

En attendant le lancement d’Alloprof ParentsAlloprof publie ici quelques chroniques de collaborateurs de ce nouveau service comme celles-ci!  À noter : les opinions émises dans cet article de blogue ne sont attribuables qu’à leur auteure.

 

 

Les devoirs sont bénéfiques pour les élèves en difficulté

La grande question de notre époque : les devoirs, ça donne quoi ? Au primaire, leur effet sur la réussite est reconnu comme étant moindre qu’au secondaire. Par contre, il a été prouvé hors de tout doute que la rétroaction donnée par l’enseignant – c’est-à-dire le fait de corriger un élève tout de suite après la réalisation d’un travail – a une très grande incidence sur la réussite scolaire. Il en va de même lorsque l’enseignant fait des interventions plus fréquentes auprès des enfants en difficulté.

 

Or, bénéficier de la rétroaction de l’enseignant est parfois difficile pour ces élèves. En effet, si on comprend la matière moins vite que le reste de la classe, il peut être gênant de poser une énième question devant les autres… Pour les élèves en difficulté, l’heure des devoirs peut donc faire une vraie différence, surtout quand le parent est à l’aise de s’impliquer auprès de son enfant, et que ce moment est utilisé pour travailler la matière difficile et importante. Les enfants qui présentent un trouble d’apprentissage soulignent d’ailleurs que le soutien de leurs parents les aident à faire face aux difficultés scolaires (Singer, 2007).

 

Quand les devoirs prennent trop de temps

Actuellement, la durée recommandée pour les devoirs à l’école primaire varie. On suggère 10 minutes par soir en 1re année, 20 minutes en 2e année, 30 minutes en 3e année et ainsi de suite… Mais la vérité, c’est que ce n’est pas une règle absolue.

 

Cette échelle, issue des travaux du scientifique américain Harris Cooper, a été pensée pour l’ensemble des élèves, et non spécifiquement pour ceux ayant un trouble d’apprentissage. Aussi, quand il est question des devoirs, il vaut mieux penser en termes de qualité. Ainsi, si la période des devoirs est constamment trop longue, il est important d’en parler avec l’enseignant de son enfant, car des aménagements peuvent être mis en place. En effet, l’enseignant pourra guider le parent vers la matière sur laquelle il faut insister, ainsi que sur la façon de le faire. L’enfant en difficulté peut grandement bénéficier de l’individualisation des devoirs.

 

 

Il est normal d’avoir des limites

Parfois, lorsque l’heure des devoirs est constamment difficile et que l’enfant cumule les échecs, il peut éventuellement développer de l’anxiété. Il importe alors d’être attentif au phénomène de l’impuissance apprise, selon lequel l’enfant en difficulté cesse de faire des efforts parce qu’il a l’impression qu’il n’est pas capable de réussir.

 

Parents, si vous sentez que vous avez atteint votre limite, vous avez le droit de demander de l’aide ! Il existe des services d’aide aux devoirs ou de récupération dans la plupart des écoles, et certaines ressources gratuites sont disponibles en ligne.

 

Il est aussi très aidant de consulter des spécialistes, comme les orthophonistes et les orthopédagogues. On peut ainsi cibler les façons gagnantes de faire les devoirs demandés. Par exemple, souligner d’une couleur différente les syllabes dans un mot d’orthographe peut aider certains enfants qui apprennent à lire. Ceux qui vivent avec un trouble du déficit de l’attention ont besoin de pauses puisque cela les aide à se dépenser physiquement, alors pourquoi ne pas leur suggérer d’apprendre leurs additions en montant des marches ? De plus, sachez que certains régimes d’assurances couvrent les frais de consultation de ces spécialistes.

 

Idéalement, l’heure des devoirs se veut un moment durant lequel l’enfant se sent en sécurité et sait qu’il a le droit de faire des erreurs et de prendre son temps. N’est-ce pas l’objectif même des devoirs ? Chaque petite victoire mérite d’être soulignée, tout en rappelant à l’enfant que cette victoire est le fruit du travail accompli.

 

Ainsi, on valorise l’effort plutôt que le résultat. Une chose est certaine : un enfant qui fait ses devoirs, et ce, malgré son trouble d’apprentissage, apprend à la fois une méthode de travail et la persévérance. Ces acquis lui serviront tout au long de sa vie !

 

**Ressources en ligne gratuites autres qu’Allo Prof

BonPatron.com est un correcteur de grammaire et d’orthographe qui explique les erreurs commises.

 

Le site jerevise.fr contient des fiches à imprimer, c’est un site de France.

 

Il y a du contenu éducatif sur Khan Academy :

fr.khanacademy.org

 

Larousse a un dictionnaire gratuit sur le Web.

 

L’ entreprise Bescherelle, qui publie le fameux livre sur la conjugaison des verbes, a aussi une version gratuite en ligne.

 

Rédaction : Marie-Hélène Verville

Révision scientifique : Sabah Meziane, orthophoniste

 

Références :

 

Karsenti, T., Les devoirs: Ce que dit la recherche, les stratégies gagnantes, l’impact des technologies, Laval, Grand Duc, 2015.

 

Karsenti, T., Quel est le rôle d’Allô prof dans la persévérance et la réussite scolaires des élèves ? Étude auprès de 6659 acteurs scolaires (élèves, enseignants, directions et parents). Rapport synthèse de recherche, Montréal, CRIFPE, 2015, 47 p.

 

HATTIE, J. (Page consultée le 17 mai 2017). Visible learning: A synthesis of over 800 meta-analyses relating to achievement, New York, Routledge, 2009, [Page Web], https://visible-learning.org/2009/02/visible-learning-meta-study/.

 

Langberg, J. M., Dvorsky, M. R., Molitor, S. J., Bourchtein, E., Eddy, L. D., Smith, Z, Schultz, B. K., Evans, S. W., « Longitudinal evaluation of the importance of homework assignment completion for the academic performance of middle school students with ADHD », Journal of School Psychology, 55 (July), 2016, p. 27–38.

 

Singer, E, « Coping with academic failure, a study of Dutch children with dyslexia », Dyslexia, 14, 4, 2008, p. 314-333.

The following two tabs change content below.
Marie-Hélène Verville

Marie-Hélène Verville

Marie-Hélène Verville

Derniers articles parMarie-Hélène Verville (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Alloprof blogue