/

Surmonter l’anxiété de performance

Share on Facebook44Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn1Email this to someone

En attendant le lancement du nouveau service Alloprof Parents en novembre, Alloprof partagera ici quelques ressources pratiques pour mieux soutenir les enfants… dont ceux pour qui le retour en classe génère de l’anxiété de performance.

Qu’est-ce que l’anxiété de performance?

Être nerveux avant un examen, un récital ou une compétition, c’est normal. Un peu de stress avant une évaluation peut même nous être profitable pour réussir. À la suite de ce contexte d’évaluation, l’enfant se sent mieux. Par contre, lorsque ce stress se transforme en anxiété, cela devient envahissant, incontrôlable et affecte considérablement le quotidien de l’enfant. Plutôt que de l’aider, ce type d’anxiété nuira à sa capacité à accomplir ses tâches. Comment peut-on savoir si notre enfant vit de l’anxiété de performance?

D’abord, selon Sonia Lupien (2016), chercheuse et directrice scientifique du Centre d’études sur le stress humain, une personne qui en souffre surestime la menace à laquelle elle est confrontée tout en sous-estimant sa capacité à agir. Elle devient alors obsédée par la peur de l’échec, allant jusqu’à craindre de perdre de la valeur aux yeux des autres.

Souvent, elle se met à élaborer des scénarios catastrophe. Par exemple, un enfant peut imaginer qu’en ratant un examen, il doublera son année scolaire, décevra ses parents et perdra tous ses amis. Les gens – enfants et adultes – ne réagissent pas tous de la même manière en situation de stress. Si plusieurs développent un souci exagéré de perfection, d’autres adoptent des comportements d’évitement, comme penser à autre chose ou remettre une tâche à plus tard.

À la longue, ces personnes peuvent voir apparaître divers symptômes : maux de ventre, nausées, insomnie, cauchemars, irritabilité, agressivité ou agitation. Quand le stress s’accompagne de tels symptômes et qu’il nuit à la vie quotidienne, il peut s’agir d’un trouble anxieux. Celui-ci peut se manifester de différentes façons, entre autres sous forme d’anxiété de performance.

Environ 10 % des enfants en souffrent et, dans 6 % des cas, le trouble est suffisamment sévère pour nécessiter un traitement. Heureusement, la thérapie, parfois combinée à un traitement pharmacologique, donne généralement d’excellents résultats.

 

Les causes possibles

De par leur personnalité, certains enfants sont plus sujets à l’anxiété de performance que d’autres. Le milieu de vie joue aussi un rôle important. En effet, il arrive que les parents, les entraîneurs ou les enseignants entretiennent des attentes irréalistes envers le jeune ou qu’ils agissent, sans le vouloir, comme modèles de personnes anxieuses ou perfectionnistes.

Selon Élodie Authier (2015), psychologue et neuropsychologue, environ la moitié des enfants éprouvant des difficultés scolaires souffrent d’anxiété de performance. S’ils ne reçoivent pas l’aide requise, ces jeunes risquent de prendre davantage de retard et de devenir encore plus anxieux. Comme le souligne Mme Lupien (2016), cette anxiété peut nuire à leurs capacités de mémorisation et de concentration et, par conséquent, à leur rendement scolaire.

 

Comment aider l’enfant anxieux

Si votre enfant vit de l’anxiété de performance, vous pouvez l’aider à mieux la gérer en mettant de l’avant certaines actions :

  • Lui rappeler que votre amour pour lui n’est pas conditionnel à ses réussites.
  • Discuter avec lui de ce qui le stresse.
  • Lui expliquer ce qu’est l’anxiété de performance et l’amener à revoir sa perception de l’erreur et de l’échec.
  • Le préparer à apprivoiser une situation stressante grâce à la technique de visualisation. En effet, en expliquant à votre enfant ce qui va se passer, il pourra s’imaginer la scène, et cela contribuera à réduire son stress.
  • L’encourager à considérer la situation stressante comme un défi plutôt que comme une menace.
  • Lui rappeler ses réussites passées afin de lui redonner confiance en ses capacités.
  • Relativiser les conséquences d’un éventuel échec.
  • Établir des routines afin de le sécuriser.
  • Lui proposer d’écouter de la musique pour l’aider à moins ruminer. Les chansons sont plus efficaces pour se changer les idées que la musique seule.
  • L’inciter à bouger (danser, courir, faire du vélo). En dépensant ainsi l’énergie mobilisée, on évite qu’un surplus d’énergie demeure dans son cerveau, et l’enfant est plus disposé aux apprentissages.
  • Lui enseigner des exercices de relaxation et de respiration.

 

Si, malgré ces conseils, votre enfant semble vivre beaucoup d’anxiété de performance, il pourrait être indiqué de consulter un professionnel tel qu’un psychologue ou un psychoéducateur. Celui-ci pourra aider votre enfant à apprivoiser son anxiété et à l’utiliser de façon positive!

Rédaction : Marie-Claude Ouellet
Révision scientifique : Anne-Marie Audet, psychoéducatrice
Révision linguistique : Josée Tardif

Les références seront disponibles sur la plateforme Alloprof Parents.

_______________

N’oubliez pas d’aimer la page Facebook Alloprof Parents pour d’autres conseils d’ici le lancement officiel de la nouvelle plateforme dédiée aux parents!

Pour en savoir plus, consultez ces articles de notre blogue :

The following two tabs change content below.
Marie-Claude Ouellet

Marie-Claude Ouellet

Marie-Claude Ouellet

Derniers articles parMarie-Claude Ouellet (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Alloprof blogue