/

Bien communiquer avec l’enseignant de son enfant

Share on Facebook43Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn17Email this to someone

Parents et enseignants souhaitent travailler de concert afin que l’enfant relève les défis qui se trouvent sur son chemin et réussisse son année scolaire. Comment établir une bonne relation avec l’enseignant de son enfant? Que faire lorsque la conversation devient émotive? Comment le parent peut-il bien se préparer à la rencontre avec l’enseignant pour en tirer le maximum?

Alloprof a demandé à l’équipe du service d’Alloprof Parents, qui sera lancé sous peu, de se pencher sur la question dans le cadre de son dossier sur le bulletin scolaire.

Pour le bien de l’enfant, tous les parents et les enseignants souhaitent développer et maintenir une bonne relation. Toutefois, malgré toute la bonne volonté du monde, certaines relations sont parfois plus difficiles à construire. Comment y arriver?

Voici un premier outil pratique en primeur à imprimer! Cliquez ici pour télécharger notre petit guide qui vous aidera pour la rencontre parent-enseignant.

 

La confiance comme toile de fond

Se faire confiance

Une relation se bâtit sur la confiance. D’ailleurs, le parent devrait, d’abord et avant tout, avoir confiance en lui-même. En effet, il est la personne qui connaît le mieux son enfant. Il est le premier et principal responsable de son éducation et il sera présent durant tout son parcours scolaire.

La confiance du parent envers lui-même, envers la capacité de réussir de son enfant et envers l’enseignant de celui-ci sont des attitudes favorables à la réussite scolaire du jeune.

 

Pour les parents qui ressentiraient le besoin d’un coup de pouce supplémentaire, certaines écoles et certains CLSC offrent des conférences sur plusieurs sujets, tout au long de l’année.

Garder l’enseignant informé

Une conversation efficace doit être aussi honnête que possible. Le parent devrait, idéalement, être à l’aise de dire à l’enseignant les difficultés qu’il vit et qui ont ou pourraient avoir un impact sur le fonctionnement de l’enfant à l’école, tout en se rappelant que des parents parfaits, ça n’existe pas.

Il peut aussi être bénéfique de partager avec l’enseignant les actions prises jusqu’à présent à la maison en lien avec ses défis ou difficultés. Cela permettra de constater si ces difficultés s’expriment de la même manière à l’école, et des pistes de réflexions pourront être envisagées.

Aussi, lorsque la famille subit un changement de vie (par exemple un décès ou un divorce), l’idéal est d’en aviser l’enseignant. Cette franchise permettra de trouver des solutions vraiment aidantes pour accompagner l’enfant dans ces moments plus difficiles.

 

Parents informés, parents aidés

La recherche démontre qu’une information juste donnée au parent par l’école est une condition essentielle à une communication efficace. Dans quels cas le parent peut-il avoir besoin d’informations plus précises ?

 

Mieux comprendre le fonctionnement de l’école

Pour toutes sortes de raisons, les parents peuvent avoir besoin de connaître le fonctionnement de l’école, car les services, les aides et les mécanismes d’accès à celles-ci sont très différents d’une commission scolaire à une autre, et même d’un établissement à un autre au sein d’une même commission scolaire.

  • Quelles sont les aides disponibles pour mon enfant?
  • Comment y avoir accès?
  • Quels sont les droits des parents?

La Fédération des comités de parents du Québec a mis en ligne le très complet « Guide d’accompagnement à l’intention des parents d’un enfant ayant des besoin particuliers ». Conçu pour les parents d’élèves à besoins particuliers, il est toutefois pertinent pour l’ensemble des parents pour mieux comprendre le fonctionnement du système scolaire.

 

Termes du milieu scolaire

Conseil d’établissement (C.É.), plan d’intervention (PI), TES… Les membres du personnel des écoles du Québec ont développé un vocabulaire spécifique à leur domaine. L’enseignant utilise (par réflexe, par automatisme) ces termes, car ils sont liés à son univers professionnel, mais ils sont parfois difficiles à comprendre pour les parents.

Lors de la rencontre parent-enseignant, il ne faut pas hésiter à poser des questions lorsqu’on ne comprend pas un terme.

 

Le quotidien de l’enfant

Si le besoin s’en fait sentir, les parents peuvent demander d’être informés du quotidien de l’enfant sur une base régulière. Avec l’enseignant, ils pourront convenir du moyen de communication à privilégier, qu’il s’agisse de l’agenda, du courriel, du téléphone, ou de certaines applications technologiques, par exemple.

Aussi, pour les parents qui en ont le temps et l’envie, il est possible de faire du bénévolat en classe ou dans les multiples comités de parents de l’école.

 

Quand les relations sont tendues

Les relations parent-enseignant empreintes de respect, d’empathie et de partage sont gagnantes. Comment arriver à bâtir une relation de ce type?

Lorsque la conversation devient plus difficile, les experts suggèrent de recourir à ces techniques de communication aidantes :

 

1- Se préparer à la rencontre

  • Que souhaitons-nous retirer de cet échange ?
  • Quelles sont les informations importantes à recevoir et à partager ?
  • Quels sont les points à éclaircir ?

En étant bien préparés et ouverts à la communication, il sera plus facile d’avoir des échanges fructueux, et même de cerner le problème et d’y trouver une solution, s’il y a lieu.

 

2- Parler au « je »

On retiendra cette suggestion lorsqu’on abordera des questions plus difficiles, car elle permet à notre interlocuteur de comprendre notre position et nos émotions, sans se sentir attaqué.

 

3- Écouter ce que dit l’autre et reformuler les idées principales

Cette technique permet de montrer à l’autre qu’on l’écoute, en plus d’éviter les malentendus. Cela nous oblige à être en mode d’écoute active, ce qui est une bonne chose pour comprendre les intentions de l’enseignant. Il est bien d’avoir recours à cette technique à plusieurs reprises durant une rencontre :

 

4- Valider ses présomptions

Notre enfant est arrivé de l’école en disant avoir été injustement puni ? Avant de se mettre en colère, il vaut mieux respirer un grand coup et prendre le temps de parler à l’enseignant pour comprendre ce qui a motivé son intervention. Se positionner comme un parent qui souhaite comprendre la situation évite de prêter aux autres des intentions injustes et favorise le dialogue.

 

Quand rien ne va plus

En cas de problème persistant, on tentera toujours de s’entendre avec l’enseignant. Si cela n’est plus possible, le parent pourra se tourner vers la direction de l’école.

Dans de rares cas, le parent devra déposer une plainte, que les commissions scolaires sont en mesure de traiter grâce à un processus interne. Le Protecteur de l’élève existe en dernier recours.

Bien sûr, aucun parent n’a envie de se rendre jusqu’à déposer une plainte ou à devoir s’adresser au Protecteur de l’élève, mais il peut en sortir quelque chose de positif, l’approche n’étant pas punitive mais, constructive.

En somme, on retiendra l’importance de créer et de maintenir une bonne relation parent-enseignant, le tout dans l’intérêt de l’enfant. En travaillant en équipe, en étant à l’écoute et ouvert à l’autre, on met toutes les chances de notre côté pour favoriser une relation harmonieuse !

 

Rédaction : Marie-Hélène Verville

Révision scientifique : Valérie Leclair, psychoéducatrice

Révision linguistique : Josée Tardif

 

Consultez tous les articles du grand dossier Alloprof Parents sur le bulletin scolaire :

Comment bien réagir au bulletin de mon enfant?

Comprendre le bulletin de mon enfant au primaire

Comprendre le bulletin de mon enfant au secondaire

Papa va au bulletin

Des récompenses en échanges de bonnes notes : oui ou non?

 

Références

 

Un grand merci à Céline Chatenoud, professeure au Département d’éducation et de formation spécialisées à l’Université du Québec à Montréal.

 

Bien-être @ l’école (Page consultée le 15 juin 2017), Écoute active, édité conjointement par la COPA et par la Fédération des enseignantes et des enseignants de l’Ontario, financé par le ministère de l’Éducation de l’Ontario.

DESLANDES, R. (2001). « A vision of home-school partnership: three complementary conceptual frameworks » In Frederik Smit, Kees van der Wolf and Peter Sleegers (eds) A bridge to the future. collaboration between parents schools and communities. Parent participation. (11-24).

Masse, L., Verret, C., Nadeau, M.-F. & Lagacé-Leblanc, J. « Comment les parents peuvent-ils collaborer avec l’école pour favoriser la scolarisation de l’enfant ayant un trouble de déficit d’attention/hyperactivité ? », A.N.A.E., 143, 2016, 433-441.

LEITHWOOD, K. (2012).« Viewer’s Guide: Co-producing Learning: The Family Path », Queen’s Printer for Ontario, Ministère de l’éducation de l’Ontario.

MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION ET DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR DU QUÉBEC . Plaintes visant les services offerts par une école, un centre ou une commission scolaire

PROULX, M-E (2011). Guide d’accompagnement à l’intention des parents d’un enfant ayant des besoins particuliers. Édité par la Fédération des comités de parents du Québec.

Webster-Stratton, C, The Incredible Years: A trouble-shooting guide for parents of children aged 2-8 years, Seattle, WA, The Incredible Years, 2005.

The following two tabs change content below.
Marie-Hélène Verville

Marie-Hélène Verville

Marie-Hélène Verville

Derniers articles parMarie-Hélène Verville (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Alloprof blogue